La mosquée n'est pas essentielle dans l'islam

                                         La mosquée n'est pas essentielle dans l'islam
                    
(Des raisons objectives de refuser l'édification de mosquées)

 Patrick Binder et Thierry Gourlot, présidant respectivement les groupes Front National des régions Alsace et Lorraine ont envoyé une Lettre ouverte au député UMP François Grosdidier, à la suite de ses propositions de loi, en particulier celle visant "à modifier la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat et [permettant] aux collectivités locales de construire des lieux de cultes pour répondre aux besoins de leur population. La 2ème a pour objectif d’intégrer le culte musulman dans le droit concordataire d'Alsace et de Moselle (...).

Selon les élus FN,

"La civilisation chrétienne, ce sont des siècles d’histoire qui ont façonné toute l’Europe et le concordat est le fruit de cette histoire, d’une tradition, d’un engagement. Votre proposition va donc à l’encontre du respect de cette histoire, de la tradition et de la mémoire. En effet, alors que l'islam n'a même pas un siècle de présence sur le territoire national, vous voudriez lui conférer un statut, lui permettant donc de bénéficier de cette exception locale ? Et votre seule justification, serait une question d’intégration ?"

 "Dans l’islam, l’absence de liturgie, de cérémonies cultuelles et donc de clergé pour diriger le service divin rend [l’existence d’une mosquée] non obligatoire. En effet, les musulmans ont des obligations de prières quotidiennes, mais pas dans un lieu précis, ils peuvent pratiquer leur religion n’importe où, dans une salle quelconque ou même en plein air. Mahomet affirme que l’ombre d’un palmier suffit. Le monothéisme intransigeant qu’est l’Islam exclut tout intermédiaire entre l’homme et son Dieu. L’Imam est celui qui dirige la prière communautaire, il ne reçoit aucun sacrement pour cela, et, une fois désigné, n’en donne pas davantage (...). La mosquée peut cependant être utilisée à d’autres fins comme l’appel des fidèles à la prière par les minarets, ou comme lieu de réunions politico-religieuses servant à chauffer les foules et à partir desquelles peuvent être lancés des fatwas, des appels à la guerre sainte… Tout s’oppose donc à vouloir comparer les religions présentes dans le concordat et l’islam. Par ailleurs, se posent des faits indiscutables et inquiétants. Les rapports sur l’évolution inquiétante de l’islam en France sont nombreux. C’est donc une véritable boîte de Pandore que vous ouvrez, en voulant modifier le concordat pour l’ouvrir à l’islam (...). Vous touchez donc à l’identité nationale de notre pays par la justification et l’organisation du communautarisme".

Source : l'article de Michel Janva du salonbeige.blog.com
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/07/la_mosque_nest_.html